Claude Dalbanne, 1877-1964

Un peintre et un graveur trop méconnu.

Il expose dès le début du XXème siècle à Paris et à Lyon.

Marqué d'abord par le symbolisme, et les grandes fresques à la Puvis de Chavanne (voir Musée des Beaux-Arts, Les Parques),  il se rapproche des futuristes dans les années d'après-guerre, oeuvrant notamment aux éditions de La Sirène, fondées à Paris en 1917 par Paul Lafitte, qui publie Blaise Cendrars, Guillaume Apollinaire, Max Jacob, Jean Cocteau, illustrés par Picasso, Fernand Léger, André Lhote, Raoul Dufy, etc.

 

Il participe à l'aventure Ziniar dans les années 20. A cette époque, ce sont les leçons de Cézanne qu'il retient avec un intérêt porté à la synthèse.

L'influence de la musique le mène ensuite à de grandes compositions dynamiques et expressives.

Erudit, il publie des articles sur l'imprimerie, devient conservateur du Musée historique de Lyon de 1936 à 1955 et crée le musée de la marionnette.

Dalbanne a fait l'objet d'une exposition au Musée Gadagne en 1966.

 

Son oeuvre gravé mériterait un catalogue.

 

 

Biblio : Philippe d’Arcy, Note biographique sur le peintre et son œuvre, Lyon, 1990, archives du musée des Beaux-Arts de Lyon

Exposition Lyon, scène de l'art moderne, 1920-1940, De Bonnard à Signac,  Musée Dini, 2012.